EUROSFAIRE > {chemin}
A la Une :

 

Compte-rendu de la
Conférence de Philippe Busquin

Commissaire européen en charge de la Recherche
Strasbourg, le 10 février 2004, à l'Université Louis Pasteur


L'Europe de la Connaissance


Sommaire :

1. Les objectifs de l'Union Européenne en matière de recherche

2. Mise en œuvre de l'Espace Européen de la Recherche et des 3% du PIB

3. En conclusion


1. Les objectifs de l'Union Européenne en matière de recherche

a. l'objectif de Lisbonne (mars 2000)
EUROPA : la stratégie de Lisbonne - EUROSFAIRE Actualités du 26-01-2004

Il s'agit de créer en Europe une Société de la Connaissance, afin de se doter d'une économie compétitive. C'est à cet objectif politique que répond le concept de l'Espace Européen de la Recherche.

En Europe, la croissance économique ne peut provenir ni d'un contexte démographique déclinant, ni de ressources énergétiques faibles. Le seul atout de l'Europe réside dans sa matière grise.

Depuis les années 1990, les pays européens consacrent moins de 2% en moyenne de leur PIB à la recherche : on observe actuellement un décrochage des capacités européennes de formation et de recherche par rapport aux Etats Unis. Par ailleurs, il est crucial, pour défendre nos intérêts, de pouvoir disposer rapidement d'un brevet communautaire, moins coûteux et plus rapide à mettre en œuvre que l'actuel brevet européen. Enfin, la société actuelle montre un certain désintérêt pour le progrès scientifique.

b. l'objectif de Barcelone (2002)
EUROPA : Towards 3% of GDP

Il s'agit pour les états d'atteindre un budget de la recherche équivalent à 3% du PIB en 2010, afin de se doter d'un Espace Européen de la Recherche, catalyseur de croissance économique. Il faut atteindre une certaine masse critique pour obtenir une meilleure visibilité : les acteurs de la recherche européenne sont trop peu connus, ce qui nuit à sa valorisation.

2. Mise en œuvre de l'Espace Européen de la Recherche et des 3% du PIB

a. coordination des programmes nationaux, notamment via le volet ERA-NET du PCRDT (ERA-NET : CORDIS - EUROPA).

b. mobilité

En plus des Actions Marie Curie du 6ème PCRDT, un portail européen de mobilité est en cours de constitution, couplé à un réseau de centres de mobilité, l'ensemble devant favoriser la mobilité transnationale européenne, ainsi que l'accueil de chercheurs de pays tiers. Une charte du chercheur européen est en cours d'élaboration. Il est essentiel d'améliorer l'attractivité de l'Europe en ce sens : le nombre de chercheurs américains venant en Europe ne cesse de décroître, alors qu'un nombre croissant de chercheurs européens quitte de l'Europe pour ne pas y revenir.

c. visibilité de la recherche européenne

Pour améliorer la visibilité, et donc l'attractivité de notre recherche, il est indispensable de développer la recherche fondamentale (Lire EUROSFAIRE Actualités du 15-01-2004). En effet, cette dernière est un moteur essentiel de l'innovation. La recherche fondamentale est déjà financée à un niveau national, et européen (actions concertées, projets Marie Curie,…), mais sans atteindre une masse critique suffisante ; les réseaux d'excellence ne répondent pas non plus à ce besoin, puisque leur objectif principal est la restructuration de la recherche fondamentale.

La mise en œuvre d'un Conseil Européen de la Recherche, qui mettrait en compétition les meilleures équipes de recherche, serait une garantie d'excellence de la recherche européenne.

Par ailleurs, il semble indispensable d'initier de nouvelles infrastructures en Europe, par des financements européens de l'ordre de 10% par exemple.

d. perspectives financières
Lire EUROSFAIRE Actualités du 13-02-2004

La Commission va proposer un doublement de moyens budgétaires alloués à la recherche, selon 5 axes :

- recherche fondamentale
- mobilité et infrastructures
- recherche collaborative (réseaux d'excellence et projets intégrés)
- plate-formes technologiques avec les industriels
- soutien pour la coordination des programmes nationaux (ERA-NET)

3. En conclusion

Il s'agit de prendre conscience que les compétences de recherche doivent être partagées au niveau européen. Il est indispensable de créer une dynamique de recherche à l'échelle européenne : cette dynamique doit être communautaire et non intergouvernementale. La solidarité européenne doit être indéfectible dans le contexte très proche de l'élargissement de l'Union européenne. En effet, la mise en oeuvre du concept politique de la Société de la Connaissance, via un Espace Européen de la Recherche, conditionne de façon vitale la croissance économique en Europe.

Autres discours du Commissaire Ph. Busquin :


Rédaction : Françoise LAURENT-HUCK
Correspondante PCN Ressources Humaines et Mobilité
CNRS - Délégation Alsace
Service du Partenariat et de la Valorisation