Accueil

Télécharger le document - 940 ko ( pdf )
Date de publication du document : 00/00/2005
 
Date de saisie : 23/02/2006
Date de mise à jour : 23/02/2006
 
 
Technologies convergentes – Façonner l’avenir des sociétés européennes
   
Contenu :  

Il s’agit de concevoir et de proposer une approche européenne de la convergence des sciences et technologies en relation avec le contexte culturel, éthique et socioéconomique européen, qui prenne en compte les forces et les faiblesses de l’Union dans ces domaines technologiques. Les sciences ont été considérées comme le domaine de recherche le plus innovant pour une approche européenne. Certaines questions – et parfois d’importantes réserves – doivent être précisées. Elles expriment souvent une préoccupation légitime à propos de l’usage de technologies à des fins idéologiques ou militaires. Il convient de clarifier en priorité les bénéfices de ces recherches pour les citoyens et la société afin de leur donner une nouvelle légitimité et de les inscrire résolument dans un contexte de dynamique sociale positive. Le principe de précaution devrait être pris en compte pour fixer le cadre des recherches.

 
Type de document : Rapport
 
Auteur(s) : Nordmann Alfred Courriel de l'auteur :
 
Institution : Commission  
   
Pays : Union européenne Langue : FR
 
Références du document :  
KI-NA-21357-FR-C ; EUR 21357 ; ISBN 92-894-9402-6
   
Nombre de pages : 68  
   
Mots clés : technologies convergentes ; société de la connaissance ; technologies de l'information ; nanotechnologie ; biotechnologie ; sciences cognitives
   
Commentaires :  

Une approche européenne des TC doit être éclairée par la prise de conscience de leur potentiel et de leurs limites. Elle reconnaît le rôle crucial des technologies génériques ou diffusantes nano-, bio et info-, mais seule une définition scrupuleuse des objectifs peut les réunir dans le cadre d’une recherche convergente viable et socialement profitable. Les “Technologies convergentes pour la Société de la connaissance européenne” ou TCSCE tirent parti du potentiel des nano- et biotechnologies, ainsi que des technologies de l’information. Elles englobent également: • les sciences sociales et humaines, à côté d’autres technologies et systèmes de connaissances diffusants; • la prise de conscience explicite et l’étude des limites, notamment en ce qui concerne la cognition; • une orientation vers des buts communs dans le cadre d’une politique européenne basée sur des procédures publiques et des valeurs partagées.

   
 
Partager